Introduction

***
Depuis notre rencontre en 1982 sur l’antenne de Radio Nova pour une émission autour de la musique cubaine,
Alain Ménil est devenu un ami jusqu’au jour de sa disparition en 2012.

Pendant son enfance en Martinique, ses parents, Mano et Geneviève,
tous deux militants de gauche engagés dans la cause anticoloniale aux Antilles et dans une créolité revendiquée,
ont pour habitude de recevoir les artistes et intellectuels cubains qui visitent la Martinique,
et se réjouissent de danser (merveilleusement bien) aux sons de la sérieuse collection de disques qu’ils constituent.
Alain partage donc avec ses parents leur goût pour les musiques et les danses de la Caraïbe:
guaracha, guajira, boléro, mambo, son, rumba, pachanga, merengué, cha-cha-cha, cadence haïtienne …
entre autres.

”…Combien de guarachas qui commencent par une confession mélodramatique,
et pour lesquelles le grand air tragique est presque requis? …” - A.M.


Ce blog lui est dédié, ainsi qu’à son compagnon le danseur et chorégraphe Alain Buffard,
avec qui, aussi, nous partagions amitié et dilettantisme*,
sans jamais oublier, après les dîners, de ”guaracher” sur les rythmes sensuels et endiablés des îles.

”…la frénésie ou la jubilation qu'elle célèbre, par des airs endiablés qui appellent irrésistiblement
à une danse sans fin, effrénée et communicative…” - A.M.


Il y sera question de La Caraïbe et de ses musiques,
de blues, de jazz, d'opéra, de musiques baroques et d’envolées mandingues…
de littérature, de cinéma,
peut-être.

Ce site s’est ouvert avec ”Retour au Latino Bar", texte qu’Alain Ménil a publié en décembre 1993 dans la revue "Tyanaba".

”… el son es lo mas sublime para el alma divertir.” - Ignacio Pineiro

* dilettantisme : goût très prononcé pour les arts en général, ou pour un art, et spécialement pour la musique (CNRTL)


22/01/2017

Ray Nance (6) bonus tracks

some bonus tracks with Ray Nance


"Caravan" with Juan Tizol (composer) on trombone, Cat Anderson in the introduction, and Ray Nance on violin - 1952



”Le jazz, à mon avis, c’est le sentiment. Mais prenez un musicien comme Clark Terry, par exemple: il peut se plier à tout, jouer n’importe quelle sorte de jazz, parce que c’est un musicien particulièrement doué. Il peut jouer avec sa tête et son coeur à la fois.Ce n’est pas seulement un musicien remarquable, c’est aussi une personne remarquable et - comme le dit Duke - on ne peut pas ranger Clark dans une catégorie. Il peut tout faire bien”
Ray Nance in ”The work of Duke Ellington” a book by Stanley Dance  - 1970

"El Gato" with the trumpet section (from left to right : Clark Terry, Andres Merenguito, Cat Anderson and Ray Nance)  in Switzerland - 1959



from the album "such sweet thunder", a Ray Nance trumpet solo (1'54") in the same concert  in Switzerland - 1959


"daydream", a piece composed by Ellington and Billy Strayhorn, with Ray playin violin
recorded in Paris at Barclay's studio on february 1963
for the LP "Ellington Jazz Violin"




SOURCES
- ”Music is my mistress” by Duke Ellington - 1973
- ”Duke Ellington par lui-même et ses musiciens” by Stanley Dance - 1970
- ”A portrait of Duke Ellington” by Derek Jewell - 1977
- ”Duke Ellington” by Peter Grammond - 1987
- ”Duke Ellington” by François Billard & Gilles Tordjman - 1994
- ”The Ellingtonians, as encountered” by Steve Voce
- a radio show on France Musique, by Yvan Amar & Alex Dutilh - 2013
- and the liner notes of Duke's dicography

Aucun commentaire:

Publier un commentaire